jeudi 23 mars 2017

Patrick

Ca fait quatre ans que j'ai envie d'écrire ce billet, mais je ne trouvais pas de bonne vanne bien pourrie pour le commencer. Tant pis, j'y vais quand même. Je voulais partager avec vous un morceau du road trip que nous avons fait entre 2012 et 2013, avec La Pantoufle et la Naine.


On vivait à Bordeaux dans un superbe appartement, au dernier étage d'une maison de maître. Un super plan qu'on avait trouvé je sais plus comment. Lui finissait ses études, et moi je travaillais en tant que professeur particulier auprès de jeunes gens boutonneux. Ca mettait du beurre vegan dans nos épinards bio. Le week-end on faisait des randonnées, on allait chiner des objets poussiéreux, et le soir il écrivait des bouquins en buvant sa tisane pendant que je vidais méthodiquement le placard à biscuits en écumant les vidéos débiles de l'Internet. C'était bien. Mais on avait envie de sortir de notre cadre.

Au début de l'été on a rendu notre appartement, quitté la ville, et on est retournés vivre chez nos parents pendant deux mois, le temps de murir notre projet : un road trip en van aménagé.

On révait d'un machin vintage et ultra instagrammable, mais on n'avait pas assez de sous. Alors on a choisi d'investir dans un utilitaire increvable, et doté d'une mécanique fiable, enfin ça c'est La Pantoufle qui le dit, moi j'y cane que dalle : un Volkswagen T4. Ce modèle étant encore trop onéreux pour notre micro-bourse, mais on a eu la chance de tomber sur l'affaire du siècle : un type qui vendait son camion à prix sacrifié, parce qu'il avait le volant à droite. Un camion irlandais. On l'a acheté, et on l'a appelé Patrick.

Au départ il n'y avait rien, que de la tôle et un vieux matelas posé au milieu. On a fait l'amour dessus et paf ! la Naine s'est installée sur ma vessie. Pendant qu'elle aménageait l'intérieur de mon dedans de moi, nous on bricolait notre camion. Isolation, fabrication des meubles, couture des rideaux, choix du matériel... Fin septembre on était prêts.

Les photos ne sont pas terribles, mais écoutez, ça fait une heure et demie que je tente d'écrémer ma sélection initiale de 783 photos, le choix a été difficile. Alors pouet pouet camembert.

 
 

Budget journalier rikiki oblige, on voyageait à la vitesse d'escargots neurasthéniques. Mais hé, c'était aussi le principe. On s'arrêtait dans des villages paumés, on garait Patrick sur la place de l'église ou dans un champ, et zou. On n'avait ni eau courante, ni électricité, mais on était libres.

Libres de prendre notre petit déjeuner en pyjama au bord d'un ruisseau, dans la montagne. Libres de faire la sieste à quatre heures de l'après-midi sur le parking d'un supermarché. Libres de faire cuire notre soupe sur un réchaud, au cœur d'une foret.

Libres de s'arrêter.

C'est ce qu'on a fait, d'ailleurs, à la fin de ma grossesse. On s'est posés dans un hameau perdu au fin fond des Pyrénées, on a loué un appartement au premier étage de l'école communale. Une école à classe unique, avec seulement dix élèves, où on s'imaginait inscrire notre progéniture plus tard. Mais la vie a soufflé son vent, et on a décollé encore, et encore.

On est repartis quand elle avait trois mois, pour visiter une partie de l'Europe de l'Est. Encore une fois c'était fabuleux de simplicité et de densité. Ca m'a littéralement sauvée de la dépression post partum, et ça nous a rapprochés d'une façon extraordinaire.


Allaitement ninja.


Un jour on a échangé Patrick contre une berline de pépères, une voiture plus adaptée à notre nouveau mode de vie, et à notre famille qui s'agrandissait. Mais on pense souvent à lui, ce bon vieux tas de ferraille qui ne nous a jamais laissés tomber.


Si je vous parle de tout ça, c'est parce qu'on garde un souvenir magique de notre expérience, et qu'on aimerait recommencer bientôt. Le récent départ de ma copine Camille a rallumé la flamme de la bougie de moteur qui sommeillait en moi, et m'a rappelé à quel point TOUT est faisable, même avec peu de moyens, même avec plein de mômes. Et je souhaite ça à tout le monde.


En attendant j'écoute du jazz manouche en triant les photos de mon disque dur.



____________________________


C'était ma contribution à la série de billets sur le thème du Voyage que nous avons décidé de publier ce mois-ci avec les morues de la Team Bordeaux : Charly, Marjo, Alexia, Lydie, Bérangère, LeslieSandrine, Marie, Julie et Alizée. J'en profite pour les remercier encore mille millions de fois pour ce qu'elles ont fait pour moi ces derniers jours. C'est énorme, et je ne vous en dirai pas plus, mais elles savent de quoi je parle.


8 commentaires :

  1. Tu me fais rever avec ces belles photos! J'espere que vous repartirez vite et bon vent! Hate de connaitre la suite... :)

    RépondreSupprimer
  2. Ouiiii, elle a trop de la chance la Naine de vous avoir accompagner ��
    Nous, on rêvait d'un road trip pays de l'est avec un couple d'amis, mon bon, on a fait deux enfants et eux un ... c'est pas grave dans quelques années, je tannerais le Breton pour dégotter un camping car où dormir à 6, et vogue la galère ��

    RépondreSupprimer
  3. Ca fait rêver, ça a dû être une formidable aventure ! Et les photos sont magnifiques !

    RépondreSupprimer
  4. Rolala que c'est génial <3 <3 <3

    RépondreSupprimer
  5. Enorme énorme, mais arrête de parler de mon cul comme ça s'il te plaît !

    RépondreSupprimer
  6. Rhooo j'ai passé toutes mes grandes vacances à vadrouiller dans des camions aménagés comme ça avec mes parents et mes sœurs et mes cousins/ oncle et tante... C'était tellement génial !

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour, des amis il y a plusieurs années ont réalisé ce rêve avec leurs 3 enfants. Vous pouvez aller regarder ils ont vécu une formidable aventure !
    http://lugabaz.free.fr/index.htm

    RépondreSupprimer
  8. Merci pour cet article Vio, ça faisait longtemps que j'avais envi découvrir ton récit de voyage <3

    RépondreSupprimer

Allons chaton, tu ne vas quand même pas sortir sans faire un bisou à ta vieille tata !

Rendez-vous sur Hellocoton !