mardi 8 novembre 2016

On fait la paix ?

Pendant deux ans, toutes les nuits, le Lardon s'est réveillé en hurlant à trois heures du matin. L'horloge dans ses tripes qui lui rappelait celle, bien huilée, du rythme des soins nocturnes invasifs en réanimation. La Gagotte se traine aussi quelques angoisses spécifiques, liées à son parcours, et communes à la majorité des prématurés. Ce sont des séquelles dont on ne parle pas, des valises qu'on ramène malgré nous à la maison, quand c'est fini et que ça commence en même temps. 



Ça y est, je le sens, mes plaies se referment doucement, et alors que j'humecte consciencieusement mon index pour tourner la page je voulais poser quelques mots sur cette épreuve que j'ai traversée par deux fois avec mes rejetons pressés. Ma manière de clore ce chapitre douloureux et merveilleux de ma vie, face à vous mes compagnons de galère, embarqués à l'insu de votre plein gré avec moi en réa, en soins intensifs et en néonat'.

Adieu ! Adieu ! 

Adieu les premières nuits en maternité, seule dans le noir avec les seins qui pleurent, à écouter brailler les mômes des autres. Adieu les errances nocturnes, en pantoufles dans les couloirs, jusqu'au frigo du service pour y déposer mon lait en bouteille. Adieu les cauchemars roulés en boule sous les draps d'hôpital tachés de sang et de sueur, seule. Adieu les visites de la famille à qui on ne peut pas présenter son bébé, parce qu'il est là haut, là bas. Adieu la déchirure permanente et le vide. Adieu les heures à se gratter les points de suture, statufiée sur la chaise passager, à côté de la couveuse. Adieu les regrets et les remords, jalousie et la colère, le désarroi et la peur.

Bon vent ! Bon vent !

Bon vent les détresses respiratoires, les électrodes, les sondes, les tuyaux, les bips, les clignotants, les désaturations, les arythmies, les épanchements, les prélèvements, les cris d'oisillon, les côtes apparentes, les tétées minutées, les chiffres sur la balance, les pieds tuméfiés, les bleus sur les bras, les poings qui se battent, et les courbes avec. Surtout ne revenez pas. Cassez-vous de mon chemin. Attention sinon je mords, et puis je meurs un peu aussi, c'est pareil.

Merci ! Merci !

Les copains, les mots, la machine à café, les réseaux, les amis, la famille, les cadeaux, les fleurs, les infirmières, le thon en boîte, mon stylo, les aides soignantes et le chocolat.

Merci mes enfants d'être des lions de la savane, des combattants Jedi, des exemples. 






























Toutes ces photos de la Gagotte ont été prises par Romy.
(Sauf la première du Lardon y a deux ans, c'est moi.)


9 commentaires :

  1. Toujours des mots très fort et très beaux <3 ( même que j'ai souvent la larmounette en te lisant ) T'es enfants on de la chance d'avoir une mère si forte , si courageuse et si géniale ;) Je suis super heureuse d'avoir pu te rencontrée et boire un thé #pasdutoutinstagramable dans la machine de l'hosto :') T'es une maman qui déchire <3

    RépondreSupprimer
  2. vio..............tu sais moi je crois que tu es la meilleure maman du monde............ ( après moi bien sur:) hi hi hi )! clém ( coxinight)

    RépondreSupprimer
  3. C'est très beau. Je suis heureuse de savoir que tu fais la paix avec tout ce passé.

    RépondreSupprimer
  4. Oh que ces mots sont forts ... Et ces photos belles, elles retranscrivent beaucoup d'émotions je trouve !
    Gros bisous ma jolie !!

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,
    Vos mots résonnes dans mon coeur comme un espoir.. Nous sommes sortis de neonat il y a même pas encore 2 mois..
    Mes bébés sont nés trop tôt aussi.. Des petits gars, nés à 28 sa le 02 juillet, de 1100g et 1170g..

    L'angoisse, la peur, le malheur... Notre ainé rejoint les anges après 4 jours de vie.. Mais on s'accroche pour son frère..
    Combien de nuit je me suis reveillée en sursaut, pour appeler le service de Neonat, m'assurer que "tout va bien" enfin.. du mieux que ça peut aller.. Mais il s'est battu, malgré les intubations, les infections, les problemes cardiaques, le transfert dans un hopital à 1h30 de chez nous (l'hopital où j'ai accouché était déjà à 40min et ne pas pouvoir rester sur place était un enfer)..
    Notre warrior est rentré à la maison au bout de 2 mois 1/2, 2500g..

    Aujourd'hui il va plutot bien, nous sommes dans la période des examens pour s'assurer que tout va bien, qu'il n'y a pas de sequelles (irm, ophtalmo, cardio, echographies....) mais il a passé la barre des 4kg et nous offre les plus beaux sourires qu'il a..

    Alors non, la plaie ne se referme pas.. Quand le micro-onde sonne, je crois entendre l'alarme des monito.. Je ne peux pas m'empecher de vérifier qu'il respire bien.. Mais votre post me fait espérer qu'un jour tout ca sera derrière nous..

    Notre ange sera toujours dans nos coeurs et veille sur nous, mais j'ai hate du moment où ne sursauterais plus à chaque "bip" dans la maison..

    RépondreSupprimer
  6. Que d'émotions tu nous transmets à chaque récit concernant tes grossesses!
    Vous êtes une merveilleuse famille, avec du pur sang de guerrier, et de l'amour en quantité inégalable!! Merci pour ces beaux instants que tu partages!

    RépondreSupprimer
  7. Ces photos sont sublimes !!! Vous êtes magnifiques tous les trois !! Et quel superbe travail de Romy !

    RépondreSupprimer
  8. Merci pour vos mots si gentils, et de bien vouloir partager parfois un bout de votre histoire ici avec moi. <3

    RépondreSupprimer
  9. Je viens de vous découvrir etcomme tous ces mots me parlent ma puce est née il y a 13mois à 32sa+6 et j ai encore du mal à m en remettré et quand je pense à une deuxième grossesse j angoisse déjà de revivre ce cauchemar ...alors merci pour vos mots qui rassurent s il vous a fallu deux ans je comprends que ça soit toujours fragile au bout d un . Vive nos petits guerriers .❤

    RépondreSupprimer

Allons chaton, tu ne vas quand même pas sortir sans faire un bisou à ta vieille tata !

Rendez-vous sur Hellocoton !