mercredi 1 juin 2016

Je suis riche

J'ai choisi de rester à la maison pour m'occuper de la Naine, du Lardon et de la Gagotte. Aucun des trois n'est scolarisé pour le moment, autant dire que j'ai pas le temps de m'épiler le frifri (ni de bloguer, tu noteras), mes journées sont remplies.



T'es jaloux ?

Je peux comprendre. Voir ses enfants grandir d'heure en heure, ne rien rater de leurs progrès, renifler leurs cous endormis après la sieste, jouer à cache-cache dans les placards de la cuisine, apaiser leurs chagrins, écouter leurs histoires sans queue ni tête, tisser des liens, ramasser leurs cacas sur le tapis du salon, vivre en pyjama jusqu'à quinze heures, c'est terriblement précieux. D'aucuns diront même que ça n'a pas de prix.

Mais si, ça a un prix.

Le prix du regard des autres, d'abord. Le regard méprisant de certaines femmes indépendantes et carriéristes de notre entourage qui ne comprennent pas pourquoi diable je m'enferme en tablier dans ma cuisine, pourquoi je passe mes journées à essuyer de la morve et des culs, alors que je pourrais "faire quelque chose de ma vie" puisque, tout de même, j'ai "des capacités". Le regard pesant des employeurs potentiels, qui me demandent de me justifier sur cette "période creuse" (!) de mon existence. Le regard suspicieux du quidam qui s'interroge sur mon âge, mes croyances, et ma contraception. Le regard froid de l'administration, quand je ne rendre dans aucune case. Ah si ! la case des inactifs. Le regard triste de ma grand-mère qui a peur que je sois dépendante d'un homme, et que je ne sache jamais rebondir en cas de "coup dur". Et puis parfois le mien, de regard, aussi, dans le miroir, quand j'aimerais me voir autrement qu'habillée à l'arrache avec une tâche de vomi sur l'épaule et une cuillère en bois dans la main. Mon regard embué quand j'ai l'impression de n'être qu'un individu fonctionnel, un robot domestique. Une merde au foyer.




Le prix de la solitude, ensuite. Quand par miracle les enfants dorment tous en même temps, je ne suis pas du genre à me vautrer devant la télé. Non. Moi j'aime les conversations animées, les cocktails en terrasse, les manifestations, le théâtre, la géopolitique et le shopping. Autant de choses difficiles à effleurer actuellement. L'émulation citadine me manque, et j'ai parfois l'impression de me ramollir du bulbe quand mes échanges quotidiens se limitent à des litanies de "mets tes chaussons, dis pardon à ton frère, ramasse ton gâteau, où est ton doudou ?". 

Le prix de la précarité, enfin. Rester à la maison, bien souvent, c'est se passer d'un salaire. C'est mon cas, et malgré de nombreux diplômes La Pantoufle cumule les contrats précaires depuis des années. On ne roule pas sur l'or. (On roule sur les petits pois écrasés et les Lego.) Concrètement ça veut dire que je ne m'achète jamais de nouveaux vêtements, même pendant les soldes, et que je n'ai été chez le coiffeur qu'une fois en quatre ans. Ça veut dire aussi que La Pantoufle a appris a faire la vidange de la voiture tout seul, avec ses deux mains gauches, ainsi que toutes les menues réparations qui coûtent un rein chez un professionnel. Qu'on est obligés de compter toutes nos pièces, et de se mettre à quatre pattes le 18 du mois pour aller chercher celles qui sont tombées sous la commode du salon. Pour pouvoir manger sain, on doit privilégier les produits simples et peu transformés, et donc cuisiner tous les jours, à tous les repas, même quand on a 40 de fièvre et trois mômes qui hurlent accrochés à notre slip. Il m'est arrivé de prétexter une angine ou un enlèvement extraterrestre pour ne pas me joindre à une sortie entre potes, parce que je n'avais pas de quoi payer la note. Il m'est arrivé d'avoir honte. D'en pleurer. Mais pas longtemps. Parce que vivre sous le seuil de pauvreté, ça te rend à la fois plus vulnérable et plus fort, exactement comme un enfant. Et un enfant, avec un bout de bois, trois cailloux et des bisous, il sait se construire un château.

Photo : Romy
J'ai choisi de payer ce prix pour quelques années et, au moment de refermer ce chapitre, je ne le regrette pour rien au monde.

Ce sont des lingots accumulés pour les vieux jours.


39 commentaires :

  1. Période creuse !!! ça me fait bien mal au c.. aussi d’entendre ça !! moi aussi j’ai été en congés parental, c’est tout sauf creux ! je pense que je vais lancer une pétition pour mettre le congé parental et tout ce que ça nous apprend dans un CV !! bon si je comprends bien tu n’as même pas ce que verse la caf pour un congé parental, donc j’imagine bien que ça doit être plutôt chaud niveau finance. mais dis-toi que cette période tu ne pourras pas la revivre 2 fois. Et oui, un jour, tu feras autre chose que ramasser du caca ou du vomi, ( ils arriveront à ramasser tout seuls ! ) et tu reprendras même des activités plus « mondaines ». Tu es riche de tes enfants, tu es riche d’amour, de câlins et de bisous d’enfants ! (t’as vu comme c’est beau ??). et tes enfants sont trooooop mignons !!! allez courage, tes écrits remplis d’émotions font vibrer un paquet de nanas, c’est pas donné à tout le monde non plus ! bon désolée pour se com décousu, j’ai tout mis comme ça me venait dans la tête !

    RépondreSupprimer
  2. Je comprends ton choix mais si je n'ai pas fait le même (et que je ne l'envie pas, enfin pas vraiment, enfin... ça dépend des jours...) Ici c'est moi qui travaille et qui "ramène les sous". Pourtant chéri-chéri travaille à plein temps aussi, mais la BD ça ne paye pas grand chose, et il faut bien payer son crédit, la bouffe et la voiture qui part en vrille. Ici aussi on fait des choses avec 3 bouts de bois et un peu de ficelle. Les vides greniers ont remplacé les grands magasins. Moi je rêve juste de ne plus compter, de pouvoir faire se qu'il me plaît... Mais il faudrait gagner au loto pour ça... et quand on ne joue pas...^^

    RépondreSupprimer
  3. Juste et beau!!! Merci pour cet article...

    RépondreSupprimer
  4. C'est très joli. Chez nous aussi, c'était la dèche, mais le 10 du mois ��
    Avec un boulot qui m'occupait à la belle saison, je m'occupais exclusivement de la maison et des enfants l'hiver venu...
    Je ne me suis jamais sentie dépendante financièrement malgré la situation parce que je me considérais dépendante de l'homme sentimentalement de toute façon !
    Aujourd'hui, il m'a quittée, je dois me débrouillée seule financièrement et la plus grande difficulté c'est de quitter cette dépendance affective ! Comme quoi l'argent ne fait pas le bonheur. Aujourd'hui c'est encore plus la dèche et c'est le cadet de mes soucis !

    RépondreSupprimer
  5. Il est vraiment très beau, ton article.
    Plein de bisous, tu as raison, tu as chez toi une immense richesse :)

    RépondreSupprimer
  6. Superbe texte! Je suis une maman active (pas le choix, on a un prêt sur le dos) mais j'estime qu'être mère (et pas merde) au foyer doit être un choix et devrait être valorisé par la société.
    Tu éduques tes enfants, tu dors pas dans ton divan (sauf pour une micro sieste et encore!).

    PS: ta grande fille est sublime!

    RépondreSupprimer
  7. Ton article m'a donné la larmichette...

    RépondreSupprimer
  8. Je me retrouve dans le début de ton article, même si pour moi, ce n'est pas vraiment un choix - encore, j'ai fait celui de suivre mon mari et de faire des enfants "jeunes" (mon dieu, 25 ans pour le premier, quelle folie) sans avoir trouvé ni premier emplois, encore moins le sacro-saint CDI ...
    Bon, par contre, on s'est lancé la dedans, mon mari et moi, parce que lui a un boulot fixe (voir même trop de boulot) qui nous permets de vivre correctement à bientôt 4 et même plus, que les banques nous aiment bien parce qu'il a une jolie plaque avec marquée "docteur" ...
    Je trouve finalement que vous avez été encore plus courageux que nous !!! Profites de tes petits, j'espère que l'horizon se dégagera quand bébé Gagotte rentrera à l'école ^^

    RépondreSupprimer
  9. J'ai fait dérouler l'onglet "Blog" et cliqué sur le tiens en me disant "On sait jamais. Peut-être qu'elle a écrit 5/10 phrases aux WC." Non, t'en as écrit bien plus. Des bien plus belles. C'est un article qui va encore résonner en moi je pense. Merci!

    Tu as toute mon admiration!
    J'aime comment tu vois et décris ta vie.

    Des bisous de la fille aux stickers.

    RépondreSupprimer
  10. c'est tellement bien dit, tellement bien expliqué, tellement ce que je ressens en tant que mère au foyer.
    oui financièrement c'est dur, mais tout ce qu'ils m'apportent n'a pas de prix, alors tant pis si je ne suis pas à la mode et si je n'ai pas acheté de nouvelles chaussures depuis 3 ans. eux ils s'en foutent, et moi aussi au final

    RépondreSupprimer
  11. Mais tous ces"sacrifices" te donnent la plus belle des histoires à raconter tout au long de ta vie(quant aux employeurs auprès desquels tu devras te justifier, je te propose cette version( que j'ai mis dans mon propre cv après 4 ans de femme au foyer afin de les faire taire et leur recentrer mes priorités)
    "1999 à 2004- consacrées à l'éducation de l'être qui m'est le plus précieux afin de lui donner les bases d'une vie de conscience et générosité avec son prochain", bizarrement, aucun employeur n'a trouvé à redire sur cette période, cela m'a même valu quelques sourires...
    J'admire ton choix(votre choix à tous deux d'ailleurs), et même si cela vous impose des petites frustrations pécuniaires, vous êtes toujours gagnants avec ces magnifiques trois têtes d'amour.
    Bisous, vieille tata KIPU(oups, ça, c'est chez nous!)

    RépondreSupprimer
  12. C'est tellement bien dit!
    Ca me réconcilierait presque avec les mamans au foyer, si j'étais fâchée avec :p
    De mon point de vue, tant que tu ne dénigres pas celles qui travaillent (j'ai eu mon petit quart d'heure d'énervement à ce sujet il n'y a pas si longtemps : http://maviedemamanlouve.com/moi-aussi-je-suis-une-maman-a-plein-temps/), tu peux bien faire ce que tu veux! Et merde à ceux qui jugent, c'est toi la mieux placée pour savoir ce qui est bon pour toi et pour tes loulous...
    J'ai la chance de pouvoir bosser près de chez moi et d'avoir des horaires qui me permettent de profiter au max de mes loulous... Mais si j'avais des horaires pourris loin de chez moi, je pense que je serais vraiment déprimée! Il faut trouver son équilibre.
    C'est HS, mais qu'est-ce qu'ils sont trognons tes 3 mômes :)

    RépondreSupprimer
  13. Cela me rappelle un texte que j'ai écrit il y a plus d'un an ... je ne peux que comprendre ... http://www.aufeminin.com/ecrire-aufeminin/gagner-sa-vie-s1475375.html

    RépondreSupprimer
  14. Merci déjà pour tes mots, c'est parfaitement dit mais aussi parce que ! Maintenant j'ai en tête : "Je suis riche de ça mais ça ne s'achète pas" ( Je tiens à préciser que je ne suis absoluent pas fan de JJG) (bon okay je l'ai été, puis j'ai rencontré un mec complètement intégriste musicalement parlant qui m'a complètement rebooté) (bref)

    Tu as raison d'en profiter, ces trois merveilles valent tout l'or (et tous les petits pois) (et tous les légos) de la Terre.

    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'm'en fous, j'm'en fous... de touuuuuuuuuut !

      Supprimer
  15. Je suis maman de 4 filles(1 an,6 ans,11 ans, 12 ans) et j'ai fais le choix de prendre le temps de les voir grandir. Oui c'est un choix financier, les fin de mois sont dures, mais leurs sourires épanouis valent toutes les rémunérations. je comprend les mamans qui font le choix de continuer à travailler après la naissance de bébé, mais moi je n'ai pas pris cette voie. Je crois que l’essentiel est l'épanouissement. Oui j’avoue, je m'éclate, même si je subis trotro et la reine des neiges en boucles, si mes mercredi sont envahis de goûter d’anniversaire et d'enfants virevoltants, mes weekends emplis de soirées pyjamas pour préado gloussantes, mes semaines vouées aux sorties de classes et goûters divers; j'en redemande et appréhende même le moment venus, ou je vais devoir reprendre la grisaille quotidienne des transports en commun, le babillage creux de mes collègues de boulo, bref reprendre ma place dans le système. Pour moi le congé parental est comme une parenthèse enchantée ou comme toi, je met de coté, des lingots pour l'avenir!

    RépondreSupprimer
  16. Moi je dis fake!!! Tu ne peux pas avoir 3 enfants et un salon aussi bien rangé. ;)


    Certains diront que tu n'as "que ca à faire" de ranger, moi je n'ai personnellement jamais eu aussi peu de temps et me suis sentie autant fatiguee que depuis que je suis en congé parental!

    RépondreSupprimer
  17. Et bien...et bien je suis en ce moment dans la même situation que toi. C'est dur je trouve. Oui financièrement c'est compliqué. Mais surtout le reste est difficile. L'oeil des autres, le " mais tu reprends quand ? ", en soirée quand tout le monde se défini par son job et que j'entends "ah ben Sophie elle fait des bébés ", quand tu avais un travail avec d'énormes responsabilités, un travail qui te définissait et que maintenant...ce qui tu défini c'est "faire des bébés".
    Alors j'adore profiter de mes enfants, prendre enfin le temps, ne plus imposer 60 heures de nounou par semaine à mon bébé comme avant. Mais le regard des autres, et surtout le mien, tout ça c'est compliqué. ..

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour à toi !
    Je te suis depuis quelques mois et je suis fan ! Tu as tellement raison pour tout, tu es une des seules personnes qui sait S'ÉCOUTER et ça, ca n'a pas de prix, pourquoi rentrer dans les cases de notre société, tu es une belle lumière qui PROFITE pleinement de la vie !!!! BRAVO BRAVO BRAVO ! Je suis fan de tes articles, je suis morte de rire et ca me met tout le temps de bonne humeur, reste comme tu es car tu es dans le VRAI, et continue à t'ecouter et à profiter de tes loulous, de ton chéri car c'est toi qui a tout compris à la vie ! Je t'embrasse et continue à briller ! ✨ Marie

    RépondreSupprimer
  19. Angelica Von-Stiehl1 juin 2016 à 20:55

    Très beau!
    Tout est dit!
    Moi aussi j'ai choisi d'être une mère (ou merde c'est selon) au foyer et ne regrette rien!

    RépondreSupprimer
  20. Je t'echanges une couche sale contre deux petits pois écrasés.. Comment ça, tu dédaignes? Bourgeoise, va ;-) profite bien ma Vio... Le bonheur est dans le cou <3

    RépondreSupprimer
  21. dégoutée! j'avais écrit tout un commentaire, un long, et tout s'est effacé!! :( bref, je disais que c'était un super article qui sonnait comme toujours très juste! Enceinte de mon deuxième, je suis actuellement entre-deux. Entre "active" et "mère au foyer". Je travaille encore, un travail prenant, avec des horaires décalés, mais bientôt je serai en arrêt, puis en congé maternité, et en congé parental... C'est mon choix, je ne reprendrai pas ce travail après la naissance du second, je m'occuperai à plein temps de mes deux loulous. Du boulot et des sous, j'aurai çà plus tard (enfin j'espère ;)) mais par contre, toutes ces premières fois avec mes ptits bouts, çà ne sera pas rattrapable. Le temps passe vite, on ne revient pas en arrière, et je ne veux rien regretter..
    Pourtant, à l'aube de cette "nouvelle donne", j'appréhende tout de même les côtés négatifs que tu abordes.

    RépondreSupprimer
  22. Ps: j'ai oublié: la photo de tes loulous est magnifique! :)

    RépondreSupprimer
  23. Merci pour ces mots qui résonnent dans mon coeur de maman. Ce n'est pas facile d avouer tout cela, de se dire que peu importe nos choix, nos enfants ne nous en voudrons pas car un morceau de bois suffit à leur bonheur.
    Je travaille, papa cherche, et bébé grandit loin de mes yeux. C'est dur de rentrer le soir uniquement pour lui donner ses tétines et la bercer ( mais c'est déjà ça). Avec 1 salaire, c'est pas resto tous les soirs, mais je me nourris de ses câlins.
    J'en ai qu'un mais les photos de tes 3 donnent trop envie... Cette conne de société et ce connard de crédit me freinent... heureusement que tu es là, tu défonces les barrières! Et t'es une maman qui dechiiiire!

    RépondreSupprimer
  24. Je t'admire beaucoup, courage à toi! et tu as vu , ton petit garçon sourit sur cette photo !

    RépondreSupprimer
  25. Je suis une maman indépendante et carriériste. Je vis au Quebec, j'ai eu droit a de beaux congés parentaux. J'ai pas trop aimé. Je suis retournée au travail rapidement. Quand j'imagine gagner au loto, je me dis que peut etre j'essaierai de travailler 4jrs semaine au lieu de 5 (pour de vrai...) Certains m'ont fait des regards bizarres quand j'ai mis les choupettes en garderie... Tôt ! D'une certaine façon, et sans que je puisse vraiment l'expliquer, c'est ca qu'il me fallait. J'adore mes enfants, j'essaie tjs de m'assurer de les récupérer tôt le soir pour respecter aussi leur rythme, pas juste le mien. Embrasser leur petit cou et faire 30 mn de calins au dodo ts les matins, ça fait partie de notre routine. Bref, il faut faire les choix qui nous correspondent je crois. Je respecte bcp (voire j'admire...) tes choix et je te souhaite bcp de bonheur !

    RépondreSupprimer
  26. Avoir une relation privilégiée avec ses enfants et être en phase avec ses choix, ça n'a pas de prix!
    J'ai 3 enfants, suis en temps partiels depuis des années et le reste avec plaisir car mon équilibre est là, je le sens, je le sais, je ne veux rien regretter et profiter de chaque instant avec eux...
    L'argent, temps qu'il y en a assez, c'est suffisant...
    Leur enfance est si précieuse.

    RépondreSupprimer
  27. Je plussoie tout ce que tu dis, et pour les "employeurs potentiels", quand on me demande ce que je fais, je répond que je gère une équipe de 3 individus peu autonomes... :P

    RépondreSupprimer
  28. Oui, ben c'est sacrément moins rangé ici, même si je profite de l'école et de la halte garderie..
    Et j'habite en ville, donc je peux profiter de discussions enflammées avec des gens pas loin, de cinés pas chers (ok, pas les sorties de la semaine) d'évènements culturels gratos..
    Mais tes machins sont tous minis, le rythme n'est forcément pas le même!
    Le plus dur je trouve c'est d'être en accord avec soi même.
    "Au foyer", et ben tu déglutis un bon coup à chaque "et toi tu fais quoi?"
    Logisticienne familiale, ça fait plus rémunérateur?
    J'ai lu (oui, pendant mon temps LIBRE) un livre d'Anne Dufourmantelle "l'éloge du risque", qui m'avait permis de me rendre compte l'enjeux de "risque" que je projetais dans ce choix de "au foyer"..
    Mais bon, hop,
    l'essentiel c'est prenez bien soin de vous, ça c'est valable dans toutes les configurations familiales et ça fait du bien!
    Lelen

    RépondreSupprimer
  29. Tes enfants sont magnifiques, profites-en. (sinon, aucun lien mais Bubus a le même t-shirt que le lardon, acheté aux fripes).
    Courage pour tout, les cocktails et le fric finiront par couler à flot sur toi.

    RépondreSupprimer
  30. Qu'il est joli ton article et sa conclusion (oserais-je dire poétique ?) ! Beaucoup de mamans se reconnaîtront... Cela fait seulement 6 mois que je suis "inactive" et je me retrouve moi-même dans ce que tu dis...

    RépondreSupprimer
  31. De toutes façons, si tu les mets à la crèche, tu as droit à d'autres regards réprobateurs parce que tu n'en profites pas alors que ça passe vite, que leurs journées sont trop longues et ne respectent pas leur rythmes, parce qu'ils attrapent toutes sortes de maladies A CAUSE DE TOI, la sale égoïste, on-se-demande-pourquoi-t'as-fait-des mômes. Donc merde aux regards des autres, saufs ceux de Plume et Orpheo qui sont OUAAAH !!!

    RépondreSupprimer
  32. ça faisait longtemps que je n'étais pas venue te dire à quel point je te kiffe, Vio. <3 Love jeune fille.

    RépondreSupprimer
  33. Je te remercie chère Vio d'écrire si peu souvent: cela me permet de revenir, de savourer, de relire. J'ai le cerveau lent, il me faut du temps pour bien intégrer.
    Et ce texte-là, si tu veux bien, deviendra mon manifeste.
    Une caresse au chocolat!

    RépondreSupprimer
  34. Il est beau cet article, tellement beau ...

    RépondreSupprimer
  35. Oh marrant j'ai eu le même titre avec un peu cette réflexion il y a 2 ans :) Avec l'arrivée de mon 3ème, d'ailleurs... C'est peut être le syndrome du petit 3eme ! http://www.addfunandmix.com/je-suis-riche/

    RépondreSupprimer
  36. Vio , ton message est prenant , mais c'est aussi une petite Merveille .
    Je n'ai pas eu ma fille jeune , j'avais 34 ans à sa naissance .
    Je travaillais comme préparatrice en pharmacie avec des horaires pas possible , et mon époux militaire , des horaires qui ne correspondent pas avec les miens . Nous cherchions donc à régler ce casse tête d'horaires , affolés , quand mon Pharmacien m'a annoncé qu'après 16 ans de bons et loyaux services , comme je ne serais plus corvéable à souhait me licenciait ... Et contrairement ce que l'on pourrait penser , ce fut presque une bonne nouvelle !!! Et oui , car faisant notre calcul par rapport aux nombres d'heures ( impressionnant !)de garde de notre futur Bébé , finalement mon salaire y passait !!! Finalement , plus de salive cette , mais beaucoup moins d'impôts , ils nous restait la même chose à la fin du mois , et en plus je profitais comme toi de voir grandir ce bébé tant désiré . Certes j'ai eu les mêmes réflexions que toi , mais je ne regrette rien et ma fille aussi !!! Alors soit fière de votre choix à Papa pantoufle et toi , car vos enfants sont épanouis , beaucoup moins malades que ceux qui vont en crèches , garderies ...Ils sont aussi plus sereins , plus éveillés , beaucoup plus équilibrés sur le plan affectif !!! Alors oui j'encourage toutes les mamans qui souhaitent consacrer leur temps à leurs enfants , en les invitant à faire leurs comptes !!! Pour le couple aussi c'est beaucoup mieux , car imagine toi rentrer le soir et vous occuper de vos trois lardons !!! Le coté matériel est rien à côté de l'affectif !!! Ta jolie petite famille peut être fière de la maman que tu es , on le voit bien à leurs sourires et leurs regards combien ils sont élevés dans l'Amour !!! Merci à toi de partager avec nous tes émotions et les photos de des trois Merveilles !!! Plein de doux bisous Bretons , Anne

    RépondreSupprimer
  37. Je suis de passage sur ton blog car je cherchais des infos sur le couches lavables et je tombe sur cet article. Je ne peux pas m'empêcher de commenter. "Et un enfant, avec un bout de bois, trois cailloux et des bisous, il sait se construire un château." Rien que cette phrase résume tout, ce n'est pas évident tous les jours mais tu fais la meilleure des choses possibles! une carrière pour enrichir un mec qu'on ne connait même pas et louper la vie de ses propres enfants? non je comprends pas. Après, tu y retourneras, mais tu as encore tellement de temps pour avoir cette vie "normale" que la société nous impose mais qui fait aussi du bien parfois puisque ça stimule, on rencontre des gens on parle on s'active. Mais ça c'est TOUTE la vie. (enfin jusqu'à la retraite... donc oui toute la vie) alors même si ce n'est pas facile tente de profiter et n'écoute pas les critiques!

    RépondreSupprimer

Allons chaton, tu ne vas quand même pas sortir sans faire un bisou à ta vieille tata !

Rendez-vous sur Hellocoton !