mercredi 20 janvier 2016

Le petit gagot

J'ai beaucoup parlé du Lardon, ces dernières semaines. Le bougre se débrouille toujours pour se faire remarquer, faut dire. Et vas-y que je te colle une grossesse à risques, que je décide de me pointer (beaucoup) (trop) en avance, que j'ai pas envie de causer ta langue, et qu'à court d'idée, j'improvise un bon gros accident domestique des familles. Si ce gosse arrive en maternelle en un seul morceau, promis je montre mon cul sur ce blog.

Pendant ce temps-là, mon troisième (et dernier) (après je ligature moi-même mes trompes avec les élastiques Reine des Neiges de ma fille) bébé creuse sa place. Comme la majorité de mes consœurs (sauf qu'on n'est pas sœurs) multipares débordées, j'ai mis cette grossesse entre parenthèses. J'ai même sauté quelques rendez-vous chez la sage-femme, et oublié d'aller faire mes analyses. Quand soudain PAF ! la prise en charge à taux plein sur ma carte vitale fraîchement mise à jour me rappelle à l'incroyable réalité des faits :

Je suis au sixième mois.

Nom d'une cacahuète rance ! Moi qui voulais profiter à fond de toutes ces "dernières fois", et donner une dimension particulière à cette grossesse, ma première grossesse presque normale. Moi qui voulais faire une photo par semaine pour garder une trace de mon profil qui s'arrondit, moi qui voulais prendre un quart d'heure chaque soir pour faire de l'haptonomie, et enfin m'offrir de jolies fringues adaptées à mon état de cachalot neurasthénique.

Lolilol. Raté.

Cela dit, si on oublie le fort risque d'accouchement prématuré qui plane au dessus de mon nombril (décollement placentaire, col mou du steak, contractions répétées et antécédents obstétriques vachement dark) (j'ai dit que cette grossesse était PRESQUE normale)... Il me reste un peu plus de trois mois.

Trois mois.

J'ai profité des soldes pour partager une liste de naissance dont les premières participations me donnent autant envie de pleurer que les oignons bio du maraîcher d'en face. Ce bébé reçoit des cadeaux. Ce bébé existe. Je veux dire, il existe vraiment pour d'autres personnes que nous. File-moi un mouchoir. Non, un drap en fait. Hashtag hormones sales putes.

J'ai trié et plié douze tonnes de vêtements microscopiques sortis des cartons du fond du garage, derrière les vélos et la tondeuse.

J'ai même inauguré un dossier sur mon disque dur externe. Dedans il y a cinq photos de mon ventre rond, prises hier soir à l'improviste, avec un vieux téléphone.



J'ai hâte de poser devant l'objectif de ma blopine (je pourrais presque dire amie) Romy, et je prie le dieu de la zézette interstellaire pour ne pas avoir pondu avant la date du shooting. 

Et puis je vole du temps pour lui.
Je l'imagine.

Bouton ou robinet, cette fois-ci on ne saura pas. Je ne veux pas. C'est ma petite surprise de moi à moi. Avec un peu de chance ça me motivera le jour J, quand je serai en train d'exploser mon intimité en insultant mon mec, la bave au menton et les jambons en l'air. 

Je ne l'imagine donc ni fille, ni garçon.

Monsieur Pantoufle a inventé un surnom mixte, contraction de deux prénoms que nous avons choisi. On le prononce à voix basse quand personne ne nous entend.

Peut-être que, contrairement à ses aînés, il sera mon portrait craché. Mais peut-être aussi que, contrairement à eux, il n'aura pas mes yeux bleus. Je l'imagine avec beaucoup de cheveux. Je me rappelle comment c'est doux, et comment j'adore fourrer mon nez dedans. 

Je l'imagine dans notre maison. Dans la baignoire en plastique, dans l'écharpe ou contre mon sein. Je l'imagine dans notre jardin. Assis dans l'herbe entre son frère et sa sœur. 

Quand la Naine est née, nous savions déjà que cette crevette serait notre "grande". Pour toujours.

Lui sera probablement le "petit", toute sa vie.

Il sera peut-être boulanger, instituteur ou astronaute. 



Pour l'instant, il est boxeur, et il dessine des montagnes sous ma peau tandis que sa sœur me demande "Maman, pourquoi il est caché le bébé ? C'est un bébé gagot ?".

Oui peut-être.

Peut-être que c'est un bébé escargot.

14 commentaires :

  1. Tu me fous toujours la larmichette et le sourire aux lèvres en même temps, dans tous tes textes, tu le sais ça ?!?
    Te lire est un régal !!
    Je te bise bien fort ma Vio, tu es une si belle personne !! <3

    RépondreSupprimer
  2. Et bien bons derniers trois mois (et on dit trois bons mois hein, pas deux) ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Rhhaaaa...La dernière grossesse...RHHaaaaaa!!!! J'y cryais pas, mais oui, nostalgie (avec thierry hazarq pour aller danser le Jerk)....tes photos sont belles! Enjoy !

    RépondreSupprimer
  4. Ch'est beau Vio! Tu nous le ponds à l'heure celui là stp? Ca nous évitera de nous faire du souci pour tes microbes en plus de se faire du souci pour les notres! Non mais!

    RépondreSupprimer
  5. J'ai bien pris note que nous avions de fortes chances (99,9%) de voir un jour ton cul en photo sur le blog ! LOL
    3 mois, c'est à la fois court et long, profite à ton rythme, et surtout "comme tu peux".
    Gros bisous et arrête de pleurer ! tu vas finir par t'abîmer le canal lacrimal !

    RépondreSupprimer
  6. Haaaan, comme je te mets un mois de grossesse dans la vue, direct ! ... m'enfin, c'est pas pour autant que je réalise, hein ! ... bref, on se comprend

    RépondreSupprimer
  7. Superbe texte, enceinte de sept mois je ne peux que tout valider... Dernière ligne droite il paraît qu'il faut en profiter... Profitons !

    RépondreSupprimer
  8. Ah putine mais t'es super organisée, tu as déjà trié les petits habits !! j'ai même pas mis à jour ma carte vitale, c'est pour dire ... profite bien du petit escargot au chaud dans sa coquille !
    caroline

    RépondreSupprimer
  9. Il ne me reste que 3 semaines à tirer et moi aussi c'est un fameux boxeur qui s'amuse a déformer mon ventre (sur le point d'exploser), si si!
    J'ai d'ailleurs sorti mon premier article "maternité" sur mon blog intitulé "je déteste être enceinte" bah oui, chacun vis sa grossesse à sa façon ;)

    RépondreSupprimer
  10. Wow, ça me donnerait presque envie d'un p'tit 3eme , moi qui suis plutôt dans l'optique ligature des trompes. ^^

    RépondreSupprimer
  11. Ah là là, c'est vraiment trop beau, un corps de femme enceinte… Tu me donnes envie de remettre le couvert, tiens ! Bonne fin de grossesse en tout cas !

    RépondreSupprimer
  12. Mon petit nimibus a eu 1 an hier, je suis déjà nostalgique de la grossesse depuis plusieurs mois (mais j'ai posé un sterilet pour ne pas craquer).
    Même si ça à l'air chaud quand on a d'autre Mini-nous, profite de tes trois derniers mois.
    C'est trop bref (surtout si c'est le dernier)
    Chante lui une berceuse de ma part

    Delphine

    RépondreSupprimer
  13. hahaha! J'ai bien ri! C'est chouette d'imaginer l'avenir de ton futur bébé.Suis ouverte toutes les options, sauf celles-ci: acteur porno, lofteur et blogueur.... Va savoir pourquoi...

    RépondreSupprimer

Allons chaton, tu ne vas quand même pas sortir sans faire un bisou à ta vieille tata !

Rendez-vous sur Hellocoton !