mercredi 5 février 2014

Il y a 19 semaines, j'avais un orgasme (je crois).

Attention, range tes enfants et tes chaussettes, cet article parle de sexe. 

Aujourd'hui, mon fœtus royal est âgé de 273 jours, il mesure la taille d'une télécommande (21,5 centimètres) et pèse le poids d'un artichaut (335 grammes). Nous saurons d'ici deux semaines s'il fera pipi debout ou assis, lors de l'échographie morphologique. En attendant, tu peux donner ton avis via le sondage que j'ai créé ici (ça ne sert à rien, mais c'est rigolo) (les résultats ici).


Au milieu de ma grossesse.
Au milieu de mon canapé.

"Et toâââ... au niveau du sexe, tu préféres quoâââ ?"

En général, je me contente de répondre un truc à base de petites cuillères et de griffures demander de quoâââ on se mêle. Mais étant donné la conjoncture actuelle, rapport à ma fonction provisoire d'incubateur à nain, je vais essayer de me pencher sur cette question épineuse (qui titille ma grand-mère et ma boulangère). 




Imaginons.

Option #1 (option freestyle) : C'est un guerrier viking. 

J'ai déjà une Micro-Fille à la maison, qui comble toutes mes envies de paillettes et de licornes (je déconne). Je lui fais des couettes et je lui mets des robes, c'est ma poupée rock'n'lol. Avec un petit garçon, tout serait tellement différent que, quelque part, j'ai un peu peur. Concernant le change, par exemple, il faudrait réapprendre certains gestes, tourner le petit tuyau vers le bas, tout ça, et surmonter l'angoisse de faire mal. Sur le plan de l'éducation, ce serait aussi la grande inconnue pour moi : je viens d'une famille quasiment exclusivement composée de femmes (divorces, décès, tu sais c'est la vie, cuicui) et... je n'ai jamais été un garçon moi-même. Les hommes je connais (rho l'autre, hé !) mais leur version miniature c'est plus abstrait. D'un autre côté, je ne suis pas toute seule, puisque les bébés ça se fait à deux, donc en réunissant nos neurones autour d'un feu de camp on devrait y arriver. Et puis avoir un enfant de chaque sexe, le rêve de tant de parents (et le mien aussi, au fond), avant même de fêter mes 23 ans, ce serait quand même top. Manquerait plus qu'à trouver un prénom (chéri, sors ton épée laser et cache les assiettes en porcelaine).

Option #2 (option sécurité) : C'est une lutine des prairies.

J'ai les vêtements, la déco et les accessoires, j'ai le prénom (ça commence par un A). J'ai même un "individu test" à peine plus âgé pour essuyer les plâtres. A part le siège-auto, franchement, on n'aurait même pas besoin de faire une liste de naissance. A la place on pourrait se faire offrir des heures de ménage, une nounou, un massage en institut, des trucs rien que pour nous, comme deux vieux égoïstes. En gros, j'aurais pas à me prendre le chou, rendez-vous en terre inconnue sans Frédéric Lopez. 





Au final, sans développer vraiment (parce que sinon ta souris aurait mal à la roulette) (et puis, si ce blog était un endroit sérieux ça se saurait), j'ai envie d'avoir une fille ET un garçon en même temps. Pas tellement pour le rose ou le bleu, les camions ou les poupons, ça je m'en fiche et d'ailleurs l'un n'empêche pas l'autre. Disons que je serais ravie d'avoir une deuxième Micro-Ultra-Mini-Naine, parce que je me sens plus confiante. Et je serais également heureuse d'avoir un Petit-Monsieur-En-Couche, parce que ce serait nouveau, et que j'aime bien les Kinder Surprise.

S'il/elle a EN PLUS la joyeuse idée d'être en bonne santé et d'avoir dix orteils, ce serait cool. 

Mais les dés sont jetés depuis le jour où mon ovule a sélectionné son Jules, ma pauvre Lucette, alors nous allons devoir être patients. Rendez-vous le 20 février. En attendant, je vais m'étaler de la crème anti-vergetures des genoux à la gorge parce que, kiki ou pas, mon collagène s'en bat les...


Et pour toi, le sexe de ton futur enfant, c'était important ?
(tu as le droit de dire la vérité)

18 commentaires :

  1. Rha j'aime tellement tes expressions (et ton blog en général... Non mais c'est vrai, en plus, c'est même pas pour être gentille) :P
    Ici j'avais quand même une petite préférence pour une fille... Et je SAVAIS que ce serait une fille (bon tu me diras j'avais une chance sur deux, c'est surtout pour ça). Après je ne pense pas que j'aurais été déçue d'avoir un garçon, je ne sais pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes compliments, je suis touchée. :}
      Chez nous, pour la grossesse de la Naine, c'était l'Homme qui était persuadé d'avoir une pisseuse. "De toute façon, je ne sais faire que les filles, j'en suis sûr", il m'avait dit. Son idéal de fratrie, ce serait d'avoir un seul garçon perdu au milieu d'une ribambelle de petites filles (pour la ribambelle, déjà, kikette ou minette, moi je n'suis pas trop chaude, va savoir pourquoi HEIN). Quand on a su, il a versé une larme dans la salle d'échographie (s'il passe par là il te dira que non).

      Bizarrement, moi, pour le premier je m'en fichais royalement. J'étais déjà tellement angoissée par la toxoplasmose que franchement, j'aurais pu être enceinte d'un hippopotame que ça n'aurait pas été grave du moment qu'il allait bien.

      Supprimer
  2. J'étais sûre d'attendre un garçon. Mais genre SÛRE SÛRE tu vois. En plus moi aussi je viens d'une grande lignée de pisseuses, mais vu que ma mère a peu nické sa race au vieux mandat transgénérationnel bien moisi qu'on se refilait entre filles (je sens que je t'ai perdue, là) ben c'était un mec no way.
    Et j'avais raison : mon fils s'est bien avéré être un couillu (ouf, sinon je te raconte pas le bordel !).
    Bon après ça remue un peu les loulous mais c'est cool. J'avais un peu les jetons au début genre "oh la la mais à part son père j'ai pas connu des masses de garçons moi" (ah ah ah) et puis tout s'est bien passé.
    Point important : tu restes leur number one dans leur petit coeur testostéroné, ta lardonne va pas tarder à te renier tu verras :) (tiens et je me dis ooooh mais didonc t'as pas chômé toi !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, l'Oedipe ! Quand je vois comment ma Naine est raide-dingue de son papa, je suis tentée d'y croire. Mais si le prochain est un gars, et que ce genre de théories ce vérifie, alors je me pose aussi la question : serai-je une belle-mère casse-ovaires, une belle-mère de films américains, une belle-mère comme je les déteste (mais pas comme la mienne hein, non, coucou belle-maman) ?

      Un petit glaçon, aussi, du fait de ma situation familiale (que tu comprends donc), ça me fout grave la pression. Limite il faudrait l'appeler Messie-Junior, en fait.

      Et oui... je n'ai pas chômé (mais dans les étapes de la vie en général, je n'ai pas chômé). Numéro-bis est une surprise, mais je compte bien faire une pause ensuite (mon périnée me dit dans l'oreille d'aller me faire ligaturer les trompes fissa, sinon il me contraindra à péter bruyamment en public jusqu'à la fin de mes jours pour me punir).

      Supprimer
  3. Hello miss!
    Encore un petit article qui se lit comme on déguste un de ces éclairs au chocolat format petit four (c'est bon mais y'en a pas assez). Pour ma part, tu peux faire des articles a rallonge, ma souris n'a pas son mot a dire (et pourtant, je suis végétarienne).
    Pour répondre a ta question, pour ma preums, je voulais une fille. On peut meme dire que c'était mon rêve de pouvoir commencer toutes mes phrases par "ma fille a fait ci" "ma fille a fait ça". Mais tout le monde ayant fait du vaudou autour de mon gros ventre et ayant prédit un garçon, je n'y croyais plus et j'avais décidé de me faire a l'idee que j'allais pondre un héritier. Alors quand a l'echo on m'a dit que c'était une fille, j'ai eu l'impression d'avoir gagné au loto et j'ai fondu en larmes. Je ne pouvais meme plus parler tellement j'étais secouée par les sanglots. La doc a cru que je désespérais et elle n'osais plus parler non plus et c'est pas mon zamoureux qui allait meubler (je l'ai pris option timide-je-parle-pas-pour-rien-dire). Gros silence de gêne, jusqu'à ce qu'elle me demande si tout allait bien et que je lui réponde "je suis folle de joie".
    Pour Deuz, j'avais plus de préférence (je l'avais ma fille) alors ça l'important peu. Mais j'étais comme toi. J'avais un prénom de fille de prévu (qui commence par un T). Et puis tous les accessoires et la confiance en soi qui va avec. Mais aussi la curiosité d'avoir l'autre sexe (sauf que les prénoms de mec, c'était la torture, j'en aime aucun, du coup, c'est pas moi qui ai choisi).
    Ben, quand on m'a dit que j'avais des couilles dans l'uterus, j'ai pleuré aussi mais y'avait moins l'effet dramatique, cette fois, on voyait que c'était des larmes de joie (faut dire j'avais pas mes gros spasmes qui empêchent de respirer ce coup-ci).
    Pour ce qui est du quotidien avec un ptit couillu de 7 mois, c'est vrai que c'est différent mais surtout parce que ma fille c'est Rambo et mon fils, un vrai chérubin. Bref, ça tient plus a la personnalité de l'enfant qu'autre chose. Et pour le change, faut juste pas nettoyer les mêmes plis mais c'est chiant pareil. Quant aux petits bodys roses, violets, petit parme, ben, mon fils les porte quand meme. Mais c'est un dandy, mon fils, vous comprenez?
    Bon, tu sais tout, tant pis pour toi, fallait pas demander!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces tranches de vie 100% pur couenne. :} J'adore lire les longs commentaires. Mais du coup, tu ne fais pas une sorte de "préférence" entre tes deux enfants ? Moi ça me terrifie, ça. Surtout dans le cas d'une deuxième fille, ceci dit. Comme une sorte de "concurrence" tu vois. Ma Micro-Naine est tellement adorable et sage, il faut dire... Sinon je peux AUSSI arrêter de me poser mille questions, peut-être que ça marchait.

      Pour les couleurs de bodies et les soit-disant "prédispositions" induites par le sexe, j'avoue sue je sus comme toi. Ma fille porte des pyjamas verts avec des pirates dessinés dessus, et ça ne me dérangerait pas que mon futur fils potentiel porte des chaussettes parme. Chez nous, c'est Monsieur qui cuisine et Madame qui s'occupe du budget alors... on n'est plus à ça près. :)

      Supprimer
    2. Non, pas de préférence. Ils sont tres différents mais loin de moi l'idée d'en trouver un mieux que l'autre. Ma fille était
      objectivement un bébé plus "facile" (elle n'a pas eu les soucis de santé de mon Minus)
      mais je l'aime tout autant parce qu'il est aussi extraordinaire et qu'il me fait rire a pleurer.
      Le seul truc qui me chagrine parfois, c'est de ne pas pouvoir leur donner la même chose. Mon fils ne peut pas faire la sieste dans mes bras comme jadis sa soeur car mon tyran
      numéro 1 a besoin d'un essuyage de popotin, d'un verre d'eau, qu'on lui lise un livre,... De même, ma fille a eu la maman sans expérience qui fait pleins de trucs de travers, erreurs que je ne reproduis pas pour mon fils,... Bref, tout ça, pour te dire que je comprends tes questionnements et que tu n'as malheureusement pas fini de te prendre la tête (un peu comme tout le temps quand il s'agit des kids...).

      Supprimer
  4. Tout l'entourage nous disait "Je suis sûr(e) que le papa veut un garçon et la maman une fille !" alors on ne nous croyait que mollement quand on disait qu'en s'en foutait VRAIMENT tant qu'il/elle était en bonne santé et qu'il/elle n'arrivait pas trop vite (contractions à 5 mois tout ça).
    Cela dit, je ne faisais que des rêves où c'était une fille donc j'étais sûre d'attendre une fille.
    Pour le prochain, je continuerais de dire que je m'en fou, mais ça soulève d'autres questions. Est-ce que j'aurais envie d'un(e) troisième si le 2e est un garçon ? Mais le plus important c'est qu'on n'a PAS d'autre prénom de fille ! On a déjà galéré pour trouver celui de La Muse...alors c'est vrai qu'un garçon nous ôterait cette épine du pied.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le prénom, ça joue énormément c'est vrai. Nous par exemple, bien avant de concevoir notre fille, on avait chacun un prénom de fille qui nous plaisait, mais genre à la folie du monde entier, tu vois. Impossible pour l'Homme comme pour moi d'abandonner notre idée au "profit" de l'autre. Heureusement, j'ai tout de suite accroché à sa proposition, et lui a beaucoup aimé la mienne également. Du coup, il ne restait qu'une seule solution : avoir DEUX filles. Le premier prénom (celui que mon Homme avait choisi) est déjà "casé", la Micro-Naine le porte (j'ai choisi son deuxième et son troisième prénom pour l'état civil, par contre). Donc si notre Numéro-bis est une fille ce sera parfait : je pourrais attribuer le prénom en A que J'AI choisi (l'Homme s'occuperait alors du deuxième et troisième prénom).

      Pour un garçon, on essaye mais... on n'y arrive pas. On est bloqués par nos goûts différents et notre hyper-chiantitude respective. Erf. Alors ouais, du coup, ça me stresse. J'aimerais bien que mon foetus ait un prénom rapidement, ça m'aide à m'attacher (parce que j'ai aussi très peur de refaire une dépression post-partum).

      Supprimer
    2. Ah oui effectivement ça serait "bien" une deuxième miss pour cette histoire de prénom. Je comprends tout à fait ce que tu entends par l'attachement, c'est justement pour ça que j'ai demandé à Coupin qu'on choisisse les prénoms avant même de concevoir, j'en avais besoin pour lui donner une identité. Je ne voulais pas l'appeler "bébé" trop longtemps.

      Supprimer
  5. J'attends notre premier bébé, je suis à 20 semaine à peu prés comme toi, on a su à la première écho que c'était un petit gars :-)
    On était heureux mais franchement on aurait été aussi content si ca avait été une pisseuse! lol
    Le principal c'est de savoir qu'il va bien, toutes les idées préconcues qu'on s'est construite avant d'étre enceinte tombent vite à l'eau!

    RépondreSupprimer
  6. Je suis bien d'accord, ce sont souvent des considérations annexes. Ceci dit, ça occupe pas mal l'esprit quand même. :)

    Pour la Mini-Naine, on l'a su très vite, à 3 mois et demi. Pour Numéro-bis, j'aurais pu connaître le sexe la dernière fois, au rendez-vous du 4ème mois (j'ai droit à une écho chaque mois à cause d'un décollement), mais l'Homme n'était pas avec moi ce jour-là et je lui avais promis sur la tête du pot de Nutella que je demanderais à ne pas savoir. Alors quand la gynécologue m'a dit "j'ai vu le sexe, voulez-vous que je vous dise ce que c'est ?" j'ai sagement répondu "Non merci". Good girl. ^^

    RépondreSupprimer
  7. Pour ma babygirl, je n'y portais pas vraiment d'importance même si j'aurais bien aimé un petit mec comme ça et puis j'avais le prénom donc ça m'arrangeait bien. D'ailleurs je pensais que c'était un petit gars alors quand à l'échographie on nous a annoncé que c'était une mini pisseuse, j'étais limite déçue (méga égo on) de m'être plantée (oué enfin bon une chance sur deux quoi) du coup je savais plus trop quoi penser. Puis au final, je suis vraiment comblée avec ma babygirl (syndrome je joue à la poupée) mais pour le petit deuz dans quelques années (pour l'instant mon utérus est en chantier) je dirais pas non à un petit gars. J'ai deux frères et je me serais pas imaginer avec une soeur (je sais c'est con comme raison). Après si c'est une deuxième pisseuse je sais que je serais toute aussi heureuse, deux fois plus de barbies et de licornes en vue. Par contre mon mari lui voulait absolument une fille, limite il aurait tirer la tronche si ça avait été un petit mec et pour bébé 2 il est déjà persuadé que ça sera une fille (la faute à ses testicules qui produisent que des petites filles). Moi je dis on verra bien et on prendra ce qu'on aura ^^

    ps : j'adore ton blog et tes articles, c'est à chaque fois un vrai plaisir de les lire ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends. Mon copain aussi est persuadé qu'il est incapable de fabriquer des chromosomes XY. Son idéal ? Avoir quatre filles, comme le docteur March. On verra bien dans deux semaines...

      Merci en tout cas pour ton gentil compliment. :} À bientôt !

      Supprimer
  8. Quand j'attendais mon petit garçon, j'étais persuadée d'attendre une petite fille ... J'en avais rêvé d'une façon super réaliste, j'en étais intimement persuadée, tout ça ... Et puis bon, il s'est avéré que mon instinct maternel avait tout faux, zéro pointé, point de zézette dans mon bidon mais un zizi ! Ça a quand même été un peu un "choc" quand on a appris ça à la deuxième écho ... Surtout que mon homme et moi on voulait vraiment une petite fille ! Pourquoi ? Lui parce qu'il s'est toujours imaginé papa d'un clan de nénettes, moi parce que depuis toujours, quand je me projetais en tant que mère, c'était d'une petite fille, et que j'ai toujours eu davantage d'affinités avec les filles que les mecs (ouais, ils m'impressionnent, ça doit être l'effet de la testostérone !). Bref, des envies qui remontent à loin, qui s'expliquent en partie mais qui sont malgré tout là et bien là, c'est difficile de faire comme si elles n'existaient pas. Il a donc fallu faire avec, et ajuster nos projections.
    Aujourd'hui je suis super heureuse d'être maman d'un petit garçon, je trouve ça génial (et il est génial mon petitou ^^ ) !! Et je ne me dis jamais "j'aurais préféré que ce soit une fille !". Je suis contente de connaître cette relation, et je serai heureuse à l'avenir d'avoir d'autres petits mecs. Mais ! Mais j'avoue que j'ai tout de même la peur de ne jamais connaître cette relation mère/fille qui me tient tant à coeur ... En fait je m'en fiche d'avoir 5 garçons, du moment que j'ai la chance de connaître aussi ce que c'est que d'avoir une fille. Je veux connaître ce lien. Bon, tu me diras, on prévoit de faire 3 ou 4 enfants minimum, donc avec un peu de chances, tout ça ... On devrait y arriver ! Mais quand même, c'est quelque chose de tellement ancré profondément en moi que je crois que je pousserai un ouf de soulagement si j'ai une petite fille un jour, je pourrai me dire "ça c'est bon, c'est fait !!!". :D Limite après je m'en foutrai du sexe des suivants ! Je sais pas, à l'écrire comme ça, j'ai l'impression d'être une mère indigne, je n'aime pas moins mon fils parce que c'est un garçon, loin de là !! J'ai juste un désir très profond et cher que j'espère réaliser un jour, celui d'avoir une fille (tout comme j'ai réalisé celui de devenir maman ! :) ).

    Voilà voilà, je voulais dire aussi que vous êtes trop des déglingos de faire des bébés si rapprochés, et en même temps je trouve ça tellement génial !! J'oscille entre envie et angoisse rien que d'y penser ! ^^ Mais vous êtes des warriors, et vous allez former une encore plus chouette famille à 4, chuis sûre :)
    Tu nous diras vite la réponse quand vous connaîtrez le sexe, hein, dis ? N'empêche, tu as mon admiration éternelle pour avoir su résister à la tentation de le savoir avant ton mec, ça a du être super dur !!

    Bon allez, maintenant que j'ai bien raconté ma vie dans tes commentaires, je te claque une bisette !! Et j'en profiter pour te dire merci de me faire rire autant, te lire est un régal et une cure parfaite de bonne humeur et de légèreté ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'être passée ! :} Je comprends ton envie. Mon Homme voulait absolument une fille. Pour moi c'est un peu pareil : j'ai toujours dit que je serais comblée si j'avais au moins une fille et un garçon. Un enfant de chaque sexe. Pour connaître ces deux relations (mère-fille et mère-fils).

      Tu dis que nous sommes des déglingos mais... on fait toutes les deux partie de la drôle de bande des "je veux une famille nombreuse", j'te signale, Madame. En fait, Mini-Deuz est une sorte de "surprise", arrivée plus tôt que prévu. Dans l'idéal, on aurait voulu que nos deux premiers enfants aient 2 ans de différence. Mais bon ! La petite graine a pris ses quartiers, alors c'est parti. Au moins, à l'âge que j'ai, je peux dire "à 45 ans moi je serai tranquille" (non, non, je ne cherche pas du tout à me rassurer).

      A bientôt ! Et merci pour tes adorables commentaires. :D C'est un plaisir de bloguer dans ces conditions.

      Supprimer
  9. Bon. Je ne te dis pas merci (enfin moi oui mais mon chef non), je découvre ton blog aujourd'hui et il a fallu que je lise TOUT. Mode addict on.
    Donc faut que je laisse ma trace, et que j'y aille de mon petit commentaire. 3-2-1-0, parti.

    Pour mon premier j'ai pas arrêté de dire que je m'en balancais de ce que ca serait, j'étais surtout bien contente que ce qui avait pris dans l'éprouvette avait aussi pris dans mon utérus et s'y accroche. Mais au bout d'un moment, je pouvais pas m'empêcher de temps en temps de penser que quand même, un p'tit gars, ca le ferait carrément. Alors quand à l'écho des 3 mois on a vu le petit robinet on était bien contents, mon mec a bafouillé un truc à base de circuits Carrera et de Playmobil pirates qui prouvait que secrètement il avait bien envie aussi d'un p'tit couillu. 9 mois après le démoulage, surprise du chef, on s'est apercus qu'on était capables de faire un bébé couette contrairement à ce que tous les médecins nous disaient... et pour le coup, on s'en fichait vraiment de ce que ca serait, et cette fois c'était une pisseuse. Par contre, j'en suis venue à détester l'expression "le choix du roi" que tout le monde s'est empressé de me sortir dès que j'annoncais qu'on allait avoir une fille.
    Comme a dit une de me prédécesseuses, le caractère de l'enfant joue beaucoup, mon fils est calme, sensible, il me fait des compliments sur mes tenues ou sur mon vernis à ongles, ma fille est une sauvage qui pique les sweats Flash McQueen de son frère et refuse que je lui attache les cheveux. Comme quoi...

    Sur la question concurrence ou est-ce qu'on les aimera pareil... c'est normal de se la poser mais la réponse est 42 :-)

    Et pour les enfants rapprochés: la première année, c'est un peu chaud, mais après c'est le panard!

    (pardon d'avoir été si longue mais bon, c'est confortable ici on n'a pas envie de partir)
    (pardon aussi pour les cédilles, le clavier teuton n'a pas cela en option)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'en fais pas, va. J'ai l'impression d'ouvrir un Kinder Surprise à chaque fois que je lis un commentaire qui dépasse les trois mots (et je suis une sacrée gourmande). Bref.

      Plus j'approche de LA date (dans une semaine tout pile, on saura), plus je réalise qu'en fait... peu importe. Roubignolles ou pas, L'Enfant-Bis qui cogne sous mon nombril sera le bienvenu. Et comme tu le dis, fille ou garçon ça ne veut parfois pas dire grand chose, surtout avant 5 ans, au niveau du comportement. Les stéréotypes de princesse douce et de cowboy survolté ont la peau dure. Ici on a décidé de ne pas offrir de poupée Barbie, ni de pistolet en plastique à nos enfants, quel que soit leur sexe d'ailleurs, et de leur proposer des jeux relativement "mixtes" (ou, tout au moins, d'avoir accès à toutes les sortes de jouets différents, qu'ils soient connotés "zezette" ou "zizi", à la seule condition qu'on les ait "validés" avant en tant que parents) (c'est là que, clairement, je dis non à la poupée-mannequin anatomiquement grotesque et aux armes factices) (mais je ne suis pas contre les petites voitures et les poupons) (cela dit, mon avis sur la question reste personnel) (excuse-moi pour la crise de parenthésite aiguë).

      Merci d'être passée ! :} Et d'avoir tout lu ! Ça me rend toute rouge des joues, dis.

      Supprimer

Allons chaton, tu ne vas quand même pas sortir sans faire un bisou à ta vieille tata !

Rendez-vous sur Hellocoton !