jeudi 27 juin 2013

Des nouvelles chaussures.



Depuis que ma mini-naine de compétition hante la maison, mes nuits sont atrocement courtes. Mais ça, je m'y attendais. Ce que je ne savais pas, en revanche (et j'aurais peut-être pu y songer avant de me reproduire joyeusement à l'arrière d'un véhicule de type motorisé), c'est que mes journées AUSSI sont tronquées. A la fin de ma grossesse, naïvement, j'ai cru qu'ouvrir un blog me servirait à la fois grand A petit un de réceptacle pour mes moultes et variées réflexions sur la vie et le dosage du café, et grand A petit deux d'occupation pendant les longues heures de sieste que mon bébé serait censé écouler dans un futur-proche fait de coton et de musique douce. Foutaises. 




Nous sommes au mois de juin, et cette affirmation sera fausse avant même que j'ai eu le temps de boire une bière pour fêter ça.


2 commentaires :

  1. Je vois que tu termines ton article en parlant de chouette petite biérotte... :-) (non non, ça ne me manque pas !)
    Ma question est la suivante : est-ce que tu allaites ? Si oui, est-ce que tu t'autorises un peu d'alcool malgré cela ? Sinon, qu'est-ce qui t'a poussé à privilégier le biberon ?
    Je n'y suis pas encore, mais cette question me taraude de plus en plus l'esprit car je vois pas mal de maman qui délaisse l'allaitement (par conviction, par découragement, par douleur, autres..) donc je sonde autours de moi :-)

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voici les faits :
      - Je tente d'allaiter du mieux que je peux. Mais depuis un mois, je suis obligée de compléter mon apport au sein par quelques biberons de lait en poudre. Et cela pour deux raisons. D'abord ma mini-choupi est une grosse gloutonne qui explose toutes les courbes de mensurations de son carnet de santé. *fière* Ensuite, à cause de soucis personnels conjugués à une importante fatigue ces dernières semaines, ma lactation a considérablement diminué et elle ne suffit plus aujourd'hui à satisfaire son appétit. Ce sont des choses qui arrivent. J'aurais aimé qu'il en soit autrement. Mais grâce à l'aide de tisanes et d'un tire-lait, cet engin du diable, les choses s'améliorent : j'arrive progressivement à augmenter mon euh... débit (c'est toujours un peu étrange d'évoquer sa propre production). J'espère que d'ici quelques temps, nous repasserons à l'allaitement exclusif au sein.
      - En réalité, je n'aime pas tellement la bière. Le cidre en revanche... bref. Déjà, avant d'être enceinte, je ne buvais pas beaucoup d'alcool (et jamais d'alcool fort). Pendant ma grossesse, je n'ai strictement rien bu d'alcoolisé (sauf un fond de verre de Jurançon à Noël, quand même). Depuis que ma fille est née, il m'est arrivé trois/quatre fois de boire du vin à table durant des repas en famille (mais jamais plus d'un verre). L'alcool est nocif pour le bébé durant l'allaitement, mais franchement je crois qu'il n'est pas nécessaire de tomber dans l'excès inverse. Si on a un mode de vie sain, ce ne sont pas quelques millilitres de bon vin de temps en temps qui vont transformer notre progéniture en monstre assoiffé de vodka. Après, chacune est bien libre (enfin je l'espère) d'en penser ce qu'elle veut.

      Supprimer

Allons chaton, tu ne vas quand même pas sortir sans faire un bisou à ta vieille tata !

Rendez-vous sur Hellocoton !