lundi 20 mars 2017

Toc toc ! Cest qui ? C'est le coup de vieux !

Avouez que c'est surréaliste cette affaire. Un an déjà, mon bébé Gagot. Ma Gagotte. J'ai assez peu parlé d'elle ici, alors je vais prendre le temps de me rattraper ce soir. Parce qu'il faut que vous fassiez sa connaissance.


Après plusieurs mois greffée à moi, cette enfant a tranquillement pris sa place dans la fratrie. C'était pas gagné, avec deux tornades soudées en guise d'aînés. Mais comme à peu près toute la galaxie, la Naine et le Lardon sont raides-gagas de leur petite sœur. Normal, je dirais, hein. Elle a d'énormes joues en guimauve, de grands yeux bleus pétrole, et elle sourit tout le temps à s'en décrocher la mâchoire. Elle est drôle et futée, bavarde et indépendante. Parfaite, à peu de choses près. (On invente tout de suite le nettoyage automatique du fessier ou on attend un peu ?)


Ma prématurée si petite et fragile, qui a failli crever et qui n'arrivait pas à téter, bon sang comme c'est loin et proche à la fois... Pour nous prouver qu'elle était robuste, elle n'a pas cessé de manger avec gloutonnerie et de pousser comme un champignon transgénique, pour atteindre désormais les mensurations d'un troll adulte. Pour vous dire, je l'habille en 2 ans et l'installe sans difficulté dans mon Beco Toddler. Non mais sérieux, quel est le fuck ?

Micro-Gagotte de quatre jours.

#Oskour #Hormones #Rides #PeauFlasque

Aujourd'hui j'ai mal à mon stérilet. J'ai peine à réaliser que ça fait douze putain de mois que j'ai accouché, et au moment où je rédige ce billet je veux dix autres gosses. Peut-être que ce blog n'a pas fini de causer d'utérus, qui sait ?  #MeilleureBlague


Au quotidien, je sais pas trop comment on fait. Je pense qu'on est fous à lier.


Mais ça va.


Bon anniversaire petite dodue de mon cœur.




Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 4 mars 2017

Ma robe Milker - Pour allaiter quand on se pèle

Je n'ai pas allaité la Naine très longtemps, pour diverses raisons plus ou moins liées à mon manque d'expérience et de confiance en moi. Mais surtout, les puristes trouveront peut-être ça curieux, je ne l'ai pas allaitée partout. Je n'étais pas à l'aise à l'idée de lui donner le sein en public, que ce soit dans un parc ou au restaurant, même lorsque j'étais entourée de mes proches. Je réservais mon allaitement au strict cadre de ma maison. Pour le reste il y avait mastercard (et le biberon).

Avec le Lardon, j'ai pris un plaisir monumental (et nouveau) à allaiter. Tout le temps, partout. Par facilité, par fainéantise, et pour répondre à son besoin permanent d'être rassuré, j'ai commencé à dégainer mes nichons à tous les coins de rues, dans le porte-bébé, dans les transports en commun, chez les autres, dans le jardin et même sur l'Internet. De la façon la plus naturelle qui soit. Sans me triturer les méninges une seule fois. Je ne sais pas pourquoi j'ai changé si radicalement de comportement vis-à-vis de l'allaitement, en même pas l'espace d'une année, ni comment ça s'est fait. Je sais juste que c'est génial, et que je recommencerais mille fois si le fallait.




Aujourd'hui, mes copains d'Instagram en sont témoins, je sors mes miches à tout bout de champ pour nourrir ma Gagotte ou la rassurer. Et pourquoi je vous raconte ça ? Principalement parce que, pour la première fois en plus de deux ans d'allaitement, je possède enfin des vêtements appropriés, et que ça me change (encore plus) la vie. J'avais envie de vous causer notamment de la robe Milker Nursing que j'ai reçu il y a plusieurs mois, et que j'adore VRAIMENT porter.

Vous voyez certainement de quoi je parle, ces fringues qu'on sort à peine du sèche-linge, ouiii le Père Noël a entendu mes lamentations sous la pleine lune, j'ai désormais un sèche-linge, il est merveilleux, je l'adore, pardon le réchauffement climatique, pardon les phoques et les baleines, mais je l'aime, et... Bref. J'en étais où ? Ah oui ! Vous voyez ces fringues qu'on enfile directement à la sortie du sèche-linge, alors qu'elles sont encore chaudes. Ces fringues qui n'ont jamais le temps de visiter l'intérieur de notre placard. Ces fringues qu'on porterait volontiers quinze jours d'affilée si on n'avait pas peur d'embaumer le village avec notre odeur de fennec. Ben voilà. Dans ces fringues-là, moi je compte ma robe Milker.



























J'ai été surprise par sa douceur et sa fluidité. C'est la magie du coton biologique ! Elle est légère et cocooning (je déteste employer ce mot, mais clairement je n'en trouve pas de plus adapté), je suis certaine que j'aurais adoré la porter enceinte.

J'ai le modèle Monroe.* Il ne s'agit pas d'une robe d'hiver à proprement parler (j'aime parler sale), d'ailleurs elle est à manches courtes. Mais je suis chaude je ne suis pas frileuse alors avec un gilet, une écharpe et ma veste en cuir-plastique de rockeuse-vegan-pauvre, ça me suffit amplement.




Elle te plait ? Retrouve-la ici !

A ton avis, fringues d'allaitement :
Indispensable ou superflu ?

Quant à moi, maintenant que je suis convaincue par la qualité des vêtements Milker, je crois que je vais me laisser tenter par le modèle Eva (je ne te remercie pas, Elise).

*robe offerte par Milker
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 24 janvier 2017

La poupée qui jouait au foot

Avec le temps et la multiplication des enfants, y a des principes d'éducation sur lesquels j'ai su travailler. Par exemple je suis passée du statut d'intégriste farouchement anti-télé à celui de "maman qui fait comme elle peut ho hé un petit épisode de Père Castor le dimanche matin ça va pas leur faire pousser un troisième bras au milieu du front". Pareil pour la nourriture bio et les purées maison, j'ai lâché prise, et il m'arrive de m'en cogner royalement les cacahuètes. Ils ont mangé des petits pots industriels, on leur file parfois des chips pendant les apéros, et ils ont même, attention je prends des risques - après cet aveu public je pense d'ailleurs recevoir une lettre de radiation de la part de l'ONPQ (Ordre National des Parents Quinoa) - bref, ils ont même mangé une trois fois chez Ronald le clown gras. Ne le dis pas à Instagram, s'il te plait.

En revanche il y a des positions qui n'ont pas bougé d'un iota, et qui ne bougeront jamais. Concernant la violence, le sexisme ou les carcans de genre véhiculés (initiés, même, je devrais dire) par certains jouets, je suis intransigeante. Les répliques d'armes à feu par exemple, ou les poupées mannequins qui commencent par  Bar et qui finissent par Bie, pour ne pas les citer. Pas de ça chez nous ! J'ai refusé de récupérer celles que j'avais quand j'étais petite, je ne veux pas les transmettre à mes enfants. J'ai aussi briefé le Père Noël, et il a compris le message.


On peut très bien créer des histoires avec des poupées de chiffon, et jouer à être une grande fille ou un grand garçon, sans pour autant s'identifier à des individus en plastique disproportionnés et vulgaires. Surtout quand on a, comme le Lardon et la Naine, seulement trois et quatre ans.

Alors quand un gentil type de chez Lottie m'a contactée pour me proposer de tester ses produits, je te laisse imaginer l'état de ma fermeture d'esprit (pour te donner une idée : c'était entre une huitre rebelle et un vagin de bonne sœur). J'ai failli dire non merci, fais gaffe à toi, je suis dangereuse, je possède l'anneau unique, acheté sur eBay en 2004, je rigole pas. Mais en fait j'ai dit oui, et même merci. 

Pourquoi ?

La poupée Lottie, créée il y a moins de cinq ans, se veut être une poupée non-traditionnelle, conçue pour contester l'image corporelle négative et les préoccupations qui y sont liées. Elle n'a pas de gros seins, possède les proportions moyennes d'une petite fille de neuf ans, et existe en version masculine. Comme les autres poupées-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, Lottie aime les robes de princesse, la danse, les animaux mignons, faire du cheval, planter des fleurs et manger des cupcakes. Mais pas seulement ! Et c'est justement ce qui m'a le plus touché dans l'histoire : Lottie existe aussi en version archéologue, pirate, karatéka, astronome ou footballeuse, pour ne citer que ces modèles. Bon sang mais MERCI quoi. Il était temps les gars.

Bref. J'ai été carrément séduite par le concept.

J'ai choisi de recevoir la School Days Lottie et le Kite Flyer Finn.*



T'en penses quoi ?

En plus ces poupées ne sont pas hors de prix, c'est important de le souligner : la plupart de la collection est accessible pour moins de 20€. Elles sont façonnées dans un plastique souple de bonne facture, articulées au niveau des genoux, et tiennent debout sans appui. Elles sont livrées dans une jolie boîte avec tous leurs accessoires.


Moi je n'ai qu'un seul bémol à soumettre au peuple :
Se battre contre le sexisme au sein de l'industrie du jouet, valoriser les petites filles, c'est fantastique, bravo. Je suis contre l'hyper-sexualisation des enfants, à toutes les échelles. En revanche je ne comprends pas pourquoi on leur cache cette chose simple et naturelle qu'est le sexe, au sens anatomique du terme. Les poupées Lottie ont des doigts, des cheveux et un nez. Ca aurait été cool de leur mettre une zézette et un zizi, aussi, à la place de... bah de rien. C'est pas sale, un sexe. A la maison mes gosses jouent avec un poupon sexué, par exemple, et je trouve ça sain. M'enfin si ça se trouve je suis une immonde déglinguée du bocal, hein. (Non.)

Voilà. Mis à part ça, mon coup de cœur pour la marque Lottie est réel. Vous pourrez vous amuser à naviguer sur leur site (en anglais), vous y trouverez plein d'infos sur les créateurs, ainsi qu'une mine de goodies à imprimer, des activités à faire avec les enfants, et même des biographies de femmes inspirantes (Frida Kahlo, Marie Curie, Georgia O'keeffe...) à télécharger pour les plus grands.

Sans transition.

Est-ce que ça vous dirait de gagner la poupée de votre choix ?

Ah, ça tombe bien dites donc. Hashtag la vie est bien foutue. Je vous attends sur la page Facebook du blog pour jouer avec moi (enfin "avec moi", on se comprend, je ne vous prête pas mon corps, juste mes bonnes intentions).


Et maintenant je vous laisse avec le slogan de la marque, pour faire des beaux rêves peuplés de soutien-gorges qui brûlent et de chevaliers en tutu rose.



* offerts par la marque
Rendez-vous sur Hellocoton !